How to reduce time to first byte (TTFB)

Si votre site WordPress se charge toujours lentement, même après avoir mis en place des corrections pour la performance en front-end, il est temps de jeter un oeil à votre backend, et en particulier le time to first byte (TTFB) de votre site.

Le TTFB fait référence au temps dont un navigateur a besoin pour créer une connexion au serveur et commencer à charger le contenu d’une page web. 

Dans cet article, nous allons voir ce qu’est le TTFB, ce qui peut causer un TTFB lent, ce que Google recommande, et comment le réduire pour que vos pages chargent plus rapidement.

Qu’est ce que le TTFB?

Google définit le TTFB comme un temps d’attente :

“Le temps passé à attendre la réponse initiale, aussi connu sous le nom de Time To First Byte. Ce temps comprend la latence d’un aller-retour au serveur ainsi que le temps passé à attendre que le serveur donne la réponse.”

En simple, le TTFB va du moment où vous naviguez vers une page web jusqu’au moment ou la page commence à se charger. 

Le TTFB est composé de 3 éléments séparés :

1. Le temps nécessaire pour envoyer la requête HTTP

Le TTFB commence avec la requête. Le temps nécessaire pour que le serveur reçoive cette requête dépend du temps nécessaire pour accomplir la recherche DNS, de la vitesse du réseau de l’utilisateur, de la distance avec le serveur, et n’importe quelle interruption de connexion. 

2. Le temps nécessaire pour traiter la requête

Une fois que le serveur a reçu la requête, il doit la traiter et générer une réponse. Cela implique de démarrer des processus, faire des appels à la base de données, exécuter des scripts, et communiquer avec d’autres systèmes sur le réseau. 

3. Le temps nécessaire pour que le serveur renvoie au navigateur le premier byte de la réponse

Pour finir, le serveur doit envoyer la réponse à l’utilisateur. Cette étape dépend à la fois de la vitesse de réseau du serveur et de l’utilisateur. Si l’utilisateur a une connexion wifi lente, cela va affecter le TTFB. La transmission de la requête et la réponse via un réseau peut compter pour presque 40 % du TTFB.

En résumé, plus le temps pris pour envoyer la requête au serveur, la traiter et la renvoyer au navigateur de l’utilisateur est grand, plus votre page mettra du temps à se charger et être visible par l’utilisateur.

Pourquoi le TTFB est-il important ?

Le TTFB est un facteur qui contribue à la vitesse générale de votre page. C’est donc une donnée importante à prendre en compte et à optimiser. Il faut aussi ne pas confondre le TTFB avec la vitesse d’un site. Le TTFB est simplement une donnée qui vous aide à connaître la réactivité de votre site. 

Mais le TTFB est-il important ? Le jury délibère encore sur la question. D’un côté, l’ingénieure en performance web de Google indique que le TTFB compte “absolument”, Cloudflare dit que vous ne devriez pas vous inquiéter de votre TTFB.

Il est tout de même intéressant de noter que Moz a fait une grosse étude sur le TTFB et a trouvé une corrélation claire entre un TTFB rapide et un rang plus élevé dans les résultats de moteurs de recherche. Le lien entre les deux n’a pas pu être prouvé entièrement, les auteurs de l’étude ont  tout de même affirmé que la corrélation était assez forte pour qu’on s’y intéresse. 

Je vous encourage à lire les deux côtés de l’argumentation, et de jeter un coup d’oeil à l’étude de Moz. Quel que soit le résultat, le TTFB reste une donnée qui est (en grande partie) sous votre contrôle et que vous pouvez modifier pour augmenter la vitesse de votre site. Alors pourquoi pas le réduire pour rendre votre site plus rapide ? 

Au bout du compte, l’important est d’améliorer l’expérience de vos utilisateurs. Car en réduisant votre TTFB :

Qu’est ce qu’un bon TTFB ?

Googlerecommande d’avoir un TTFB inférieur à 200 ms.

rackAID, d’un autre côté, précise un peu les chiffres, et suggère un TTFB inférieur à 100 ms pour les sites statiques avec du HTML, des images, du CSS et du JavaScript. Pour les sites dynamiques (comme les sites WordPress), ils recommandent un TTFB autour de 200-500 ms. 

Le TTFB pour les sites dynamiques prend en compte ce qui se passe en arrière-plan de votre site WordPress. Par exemple, quand une requête est faite, les scripts PHP doivent appeler un certain nombre de fichiers inclus, faire une connexion avec la base de données, analyser les résultats, et renvoyer la page HTML finale.

Si votre TTFB est supérieur à quelques centaines de millisecondes, il se peut qu’il y ait quelques points difficiles sur votre serveur auxquels vous devriez jeter un oeil. 

Plus tôt dans l’année, nous avons regardé le modèle de performance RAIL, qui prend en compte les temps de réponse. Si vous avez déjà cliqué sur quelques chose et que le temps de réponse était si long que vous vous demandiez si votre clic avait bien fonctionné, vous avez alors cliqué une deuxième fois, mais en faisant cela vous avez interrompu la réponse à votre premier clic… Eh bien, c’est exactement le genre de choses que RAIL cherche à éviter.

Google recommande aux sites que le traitement des actions/inputs des utilisateurs restent en dessous de 50 ms afin d’avoir une réponse visible en dessous de 100 ms. Pour les actions qui prennent plus de 50 ms à s’exécuter, donnez toujours un feedback à l’utilisateur, comme un indicateur de chargement ou un changement de couleur pour l’état actif.

Pour plus d’informations sur comment accélérer votre site et améliorer votre TTFB, vous pouvez aller lire l’article de Code Like Pro : WordPress performance optimization.

Qu’est ce qui cause un TTFB lent ? 

En ce qui concerne les sites WordPress, il y a plusieurs facteurs qui peuvent avoir un impact sur le TTFB :

Il n’y a pas grand chose à faire pour résoudre le trafic web élevé ou les problèmes de réseau. Mais il existe des moyens d’améliorer la configuration serveur, le contenu dynamique et le temps de réponse DNS. Nous allons les voir en détail ci-dessous.  

Comment mesurer le TTFB

La première étape pour comprendre pourquoi votre TTFB est élevée, c’est de le mesurer. Il y a plusieurs manières de mesurer le TTFB, mais vous devez garder à l’esprit que chacun des outils suivants vous donnera un résultat différent. Nous vous recommandons donc d’utiliser l’outil avec lequel vous êtes le plus à l’aise.

Mesurer le TTFB avec GTmetrix

Vous pouvez facilement mesurer votre TTFB avec GTMetrix. Celui ci nomme le TTFB “waiting” time.

Pour voir les résultats, scannez votre site et ouvrez la cascade des résultats. Quand vous passez la souris sur le premier résultat dans la liste, vous verrez les mesures de votre chargement, y compris le “waiting” (aka TTFB).

Measuring TTFB with GTmetrix

Mesurer le TTFB avec WebPageTest

Vous pouvez également mesurer votre TTFB avec WebPageTest. Quand vous scannez votre site, les résultats vous montreront une note en lettre pour votre TTFB, et vous montreront également votre TTFB en secondes.

Mesurer le TTFB avec Pingdom

Pingdom mesure également le TTFB en le décrivant comme “wait” time. Pour utiliser cet outil, scannez simplement votre site et de faire défiler les résultats jusqu’à la section “File Requests”. Là, vous pourrez voir le wait time de votre site et des requêtes individuelles. 

Measuring TTFB with Pingdom

Mesurer le TTFB avec l’outil de performance web de KeyCDN

Un autre outil formidable pour mesurer le TTFB est fantastic tool for measuring TTFB is l’outil de test de performance en ligne de KeyCDN. Il vous permet de mesurer rapidement votre TTFB depuis 14 localisations de test différentes. Comme vous pouvez le voir dans les résultats ci-dessous, le TTFB du site WordPress.org est plus bas aux Etats-Unis et plus élevé en Europe, en Asie et en Australie, preuve que la distance et la latence jouent un rôle important dans le TTFB. 

Measuring TTFB with KeyCDN’s Web Performance Tool

Comment réduire le TTFB 

Voyons ensemble quelques moyens de réduire le TTFB de votre site WordPress.

1. Utilisez un hébergeur web rapide

Utiliser un hébergeur web rapide avec une architecture bien pensée fera des merveilles pour réduire votre TTFB. Les hébergements gérés pour WordPress configurent leurs serveurs spécifiquement pour les sites WordPress, vous pouvez donc être sûrs que votre contenu dynamique est entre de bonnes mains.

Il est crucial de prendre en compte l’hébergeur de vos serveurs se situe. Choisissez un hébergeur qui se trouve physiquement proche de la où sont vos utilisateurs. Par exemple, si la plupart de vos utilisateurs sont localisés en Europe, vous devriez héberger votre site en Europe, et non aux Etats-Unis. (Vous pouvez néanmoins contourner cela avec un CDN, ce que nous allons voir plus bas.)

Aussi, vous ne pouvez peut-être pas contrôler la quantité de trafic que votre site reçoit, mais vous pouvez contrôler l’augmentation des ressources pour votre site. Si vous attendez un trafic élevé sur votre site, faites en sorte que votre hébergeur soit capable d’augmenter les ressources pour votre site rapidement pour améliorer son TTFB. 

2. Assurez vous que WordPress, vos plugins et vos thèmes soient à jour

L’équipe coeur de WordPress, tout comme les auteurs de plugins ou de thèmes, ajoutent régulièrement des optimisations de performances à leurs mises à jour. Parfois, cela se traduit par l’optimisation des requêtes que leur code exécute vers la base de données, ou par des mises à jour qui affectent directement l’efficacité du code PHP. 

Il est recommandé de garder uniquement les plugins et thèmes dont vous avez besoin et de supprimer le reste. Passez régulièrement en revue vos plugins et vos thèmes, et retirer tous ceux dont vous ne vous servez plus. 

La qualité de vos plugins peut également avoir un impact sur votre TTFB, faites attention aux plugins qui ont un impact sur la performance de votre site. Par exemple, Broken Link Checker est fait pour fonctionner en arrière plan et chercher les liens cassés régulièrement. Cela rend l’admin WordPress plus lente et augmente le TTFB.

3. Réduire les Requêtes

Souvent, le nombre de requêtes que votre site envoie pour obtenir des informations de la base de données peut affecter le TTFB. Pour vous aider à identifier les requêtes qui peuvent poser problème, vous pouvez essayer d’installer un plugin comme Query Monitor, ou envisager un outil plus important comme New Relic. Ce dernier vous aidera à creuser en profondeur dans les requêtes à la base de données qui sont les plus chronophages ou qui ont le temps de requête le plus long. Ainsi, vous saurez quels plugins, thèmes ou paramètres affectent la vitesse de votre page. 

4. Utilisez la mise en cache

L’un des moyens les plus faciles de faire baisser le TTFB est de mettre un cache en place pour votre site WordPress. La mise en cache aide à réduire le TTFB en aidant à réduire le temps de traitement du serveur. 

Voyez avec votre hébergeur web s’ils proposent une offre de mise en cache d’objet. La plupart du temps, vous devez demander à votre hébergeur d’activer cette option. 

Vous pouvez également mettre WP Rocket en place sur votre site pour mettre en cache le contenu dynamique, pour que vos pages soient rendues plus rapidement aux visiteurs de votre site qui reviennent !

Obtenez WP Rocket maintenant, et voyez l’amélioration immédiatement !

5. Utilisez un CDN

Utiliser un CDN de qualité peut vous aider à livrer plus rapidement votre contenu statique (comme les images et les scripts) aux utilisateurs, grâce à un réseau de serveurs répartis dans le monde. Cela veut dire que si, par exemple, votre serveur est situé en Europe, et vos utilisateurs sont pour la plupart situés aux Etats-Unis, ils recevront le contenu de votre site depuis un serveur situé plus près d’eux. 

Cela réduit la latence réseau entre le serveur de votre site et vos visiteurs.

Pour en savoir plus sur les CDN et comment choisir le meilleur pour vous, allez lire Les meilleurs services de CDN pour WordPress.

6. Utilisez un service DNS premium 

La plupart des forfaits d’hébergement n’offrent pas de DNS premium (hormis quelques hébergeurs gérés par WordPress). En investissant dans un fournisseur DNS premium, vous vous assurez que les requêtes DNS reçoivent une réponse avec une latence faible grâce à un réseau mondial de serveurs DNS, ce qui, en bout de ligne, vous aide à réduire votre TTFB.

Si vous voulez aller encore plus loin, vous pouvez envisager de mettre en place le DNS prefetching sur votre site. Cette technique vous permet de demander au navigateur de faire des correspondances DNS sur une page en arrière plan pendant que l’utilisateur est en train de naviguer. 

Pour en savoir plus à ce sujet, allez voir Preload, Prefetch, Preconnect: comment augmenter la vitesse de votre site avec les Resource Hints pour navigateurs.

En résumé

Il y a une foule d’autres techniques avancées que vous pourriez mettre en place pour améliorer votre TTFB, comme le Disque IO, TLS overhead, la réduction des données chargées automatiquement, et plus encore. Mais les méthodes que nous avons couvertes dans cet article sont plutôt faciles à mettre en place et vous en aurez pour votre argent. 

Le jury délibère encore pour savoir si le TTFB est une unité de mesure capitale ou non, mais cela vaut le coup de mesurer et améliorer son TTFB. Au bout du compte, plus vous pouvez montrer du contenu à vos visiteurs rapidement, plus vous avez de chance de les garder sur votre site, les faire naviguer, et ainsi les convertir. 

Avatar de l’auteur

Alice is a content writer with strong experience in international customer service and empathic communication. She is an active member of the WordPress community: she loves translating WordPress into Italian and speaking at WordCamps. You can follow @Alice_Ridice on Twitter.

0 commentaires
Ajouter un commentaire
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Tous les champs doivent être remplis. Politique de commentaires : Nous apprécions les commentaires et le temps que les lecteurs consacrent à partager leur avis. Cependant, tous les commentaires sont modérés manuellement et ceux qui sont considérés comme du spam ou uniquement promotionnels seront supprimés.

Obtenez un site plus rapide en quelques clics

Installation en 3 minutes chrono

Achetez WP Rocket Qu’attendez-vous?

{"cart_token":"","hash":"","cart_data":""}